Côté Maman

Comment j’ai vécu mes allaitements

L’allaitement, voilà un sujet qui a de l’importance car enceinte c’est forcément une question que l’on va se poser : vais-je allaiter ou non ? Il s’agit vraiment d’une réflexion personnelle et chacun est bien libre de faire comme il en a envie. Rien de pire que de forcer une maman à allaiter, ni elle, ni le bébé ne le vivront bien. Une maman bien dans ses baskets et à l’aise avec ses choix donneront un bébé heureux. De mon côté, tout aussi dingue que cela puisse paraitre je n’arrive pas à me rappeler du moment où je me suis posé la question ou l’opinion que j’avais sur le sujet avant ma 1ère grossesse *En réalité peut être que je n’en avais pas car je n’étais pas concernée par le sujet !*

MlleV c’est mon premier bébé, d’aussi loin que je m’en souvienne depuis le début de la grossesse, j’ai toujours dit que je l’allaiterais à qui me posait la question. *Si vous n’avez jamais eu d’enfants, vous verrez le jour où vous serez enceinte, cela fera partie des questions récurrentes après, « C’est prévu pour quand ? » et « C’est un garçon ou une fille ? »* Ainsi, j’avais bien dit a papaTom « oui j’ai envie d’essayer » ! Je tenais au terme « essayer » car je n’avais vraiment aucune certitude que cela fonctionne.

Alors je n’ai pas la science infuse sur le sujet mais après 2 allaitements (6 mois pour le premier et 9 mois pour le second), je peux vous parler de mon expérience, de mes ressentis. Une fois n’est pas coutume, je ne vais pas vous dire que tout est beau, tout est génial. Comme pour tout, il y a des hauts et des bas, du bien et du moins bien.

Ce que j’ai trouvé dur

On va donc commencer par le moins bien ! *on garde le meilleur pour la fin*

La douleur

On ne va pas se leurrer, au début ça fait mal ! Votre mamelon n’est pas habitué à cette succion qui rappelons-le revient régulièrement. *Les bébés peuvent parfois réclamer toutes les heures. Pas de panique, ce ne dure qu’un temps*. Alors bien sûr il y a des astuces, ne pas partir à la maternité sans sa lanoline. *La quoi me direz-vous ? Pour les novices, sachez-le, en entrant dans la parentalité votre vocabulaire va s’enrichir considérablement de nouveau terme dont vous ignoriez jusqu’alors l’intérêt et le sens.* La lanoline est donc une crème que vous pouvez appliquer directement sur le mamelon afin d’hydrater mais aussi pour guérir. *Pas d’inquiétude, elle est comestible pour les bébés, je ne dirais pas le nombre de fois où j’ai vérifié avant la naissance de MlleV…* Afin de prévenir la douleur, n’hésitez pas à faire des compresses avec la lanoline ou avec votre lait (une fois la montée de lait faite), après chaque tétée.

Les tranchées

La première douleur, elle, n’est pas au sein mais lors de la tétée. L’utérus qui se remet en place, c’est ce qu’on appelle les tranchées dans le milieu de la maternité 😉. Ça n’est pas agréable mais vraiment pas du tout mais bonne nouvelle ça ne dure pas (un jour ou deux) !

Bon, je vous rassure (ou pas), les tranchées on les sent seulement un peu pour un premier. C’est pour le second que ça se gâte. Et effectivement, pour MlleV, je ne me souviens pas d’avoir été incommodée outre mesure alors que pour LittleC ca a été beaucoup plus fort. Les douleurs ont commencé quelques heures après être remontée en chambre. A chaque tétée, c’était très intense. En fin de journée, j’en suis même arrivé à anticiper la douleur. *Je ne vous raconte pas la tête que je tirais quand elle commençait à réclamer à manger, quoi déjà ? Mais je n’ai pas envie d’avoir mal maintenant.* Mais en 24h les douleurs avaient presque disparu.

Les maux de l’allaitement

Et les jours qui suivent, on fait tout pour éviter les crevasses. Alors comme je le dis compresses avec lanoline après chaque tétée et cela dès le début en préventif, ça aide énormément. Pour ma part, j’ai eu un début de crevasse les 2 fois. Il a très vite été réglé. Et surtout au bout d’environ 3 semaines, les douleurs disparaissent, vous n’avez plus besoin des compresses de lanoline. C’est à ce moment que vient le plaisir d’allaiter sereinement.

L’impression de ne faire que ça

Cette impression je l’ai surtout eu pour ma 1ère fille. En effet, je suis passée de je fais ce que je veux quand je veux à je nourris, change, lave et tente d’endormir un bébé. Bref, le côté très prenant des premiers mois et l’impression que ce durera toute ma vie maintenant, que jamais plus je ne pourrais regarder un film ou sortir… Mais je vous rassure tout de suite CA NE DURE PAS !!! Les tétées s’espacent et diminuent en nombre par 24h et c’est là que le plaisir de l’allaitement commence à arriver.

Et le mieux alors ?

L’utérus se remet plus vite

Les tranchées revenons-y ! Alors oui, elles peuvent vous gâcher les moments d’allaitement de la 1ère journée. Mais de toute façon, cet utérus il va bien falloir qu’il reprenne sa place initiale. Ces douleurs qui s’apparentent à des contractions d’accouchements ont un véritable effet et sont efficaces pour que l’utérus reprenne plus vite sa place. Car sans allaitement, ça sera peut-être moins douloureux mais le processus durera un peu plus longtemps.

Des beaux moments de partages avec son tout petit (ça se passe de commentaires)

Voir dès la naissance, à seulement quelques minutes de vie, son tout petit aller chercher naturellement le sein pour téter. Ça reste magique. L’allaitement permet de créer un lien avec son bébé dès le début. Et c’est aussi gratifiant pour nous, maman, de pouvoir nourrir notre bébé. *Ça doit être mon instinct animal.*

Les bienfaits alimentaires et de protection de bébé

Je ne m’étendrais pas sur le sujet car chacun est libre d’allaiter ou non et fait ses propres choix. Mais, je pense que me concernant c’est une des raisons principales qui m’a fait tenter l’expérience de l’allaitement pour MlleV. Voici donc ce qui avait le plus d’importance pour moi :

  • Savoir qu’il s’agit d’un point de vu digestif du mieux que bébé puisse avoir (20 minutes de digestion contre 1h30 pour le lait artificiel)
  • Continuer à donner mes anticorps à mon bébé. *Angoissée des maladies bonjour*
  • Et finalement beaucoup d’autres choses notamment les bienfaits pour la maman sur la perte de poids et la diminution des risques de maladies…

Le côté pratique

Il faut l’avouer, l’allaitement c’est avoir en permanence, où qu’on soit, le repas de bébé avec soi et à bonne température ! Des copains qui vous disent « vous resteriez bien manger ? », « Oui mais on n’a pas pris le lait de bébé ! » Vous êtes sur une aire d’autoroute avec rien pour réchauffer l’eau…, on a oublié le bib, le lait, l’eau… Bref autant de choses dont vous ne vous souciez pas avec l’allaitement. Une jolie écharpe d’allaitement dans le sac à langer pour nourrir bébé en tout intimité et tout roule !

Mes conseils

Si vous avez envie d’allaiter, renseignez-vous avant. *Cela pourrait vous éviter des déconvenues à la maternité ou de mauvais conseils.* Vous pouvez vous tourner vers le site de la leche league ou dans votre entourage auprès de personnes qui ont eu l’occasion de le faire. Pour les plus motivées, vous pouvez rencontrer des conseillères en allaitement.

A la maternité, prenez les conseils que vous aurez et gardez seulement ceux qui vous intéressent. *En l’espace d’une journée, vous pouvez entendre tout et son contraire donc n’hésitez pas à vous affirmer.* L’allaitement au début c’est à la demande donc on oublie les conseils qui vous disent de donner toutes les 3 ou 4h ! Une sage-femme m’avait dit pour ma 2ème et j’avais bien aimé l’image, pour que la montée de lait arrive bien c’est open-bar ! En gros si bébé souhaite téter toutes les heures au moment de la montée de lait c’est qu’il le sent. Faites-vous confiance et surtout faite-lui confiance !

Si l’envie d’allaiter est là, quelque soit l’élément motivant vous allez y arriver. Mais surtout accrochez-vous le premier mois, c’est le plus dur. Une fois ce premier mois passé et que la machine est en marche, l’allaitement est un vrai plaisir et un beau moment de partage.

Et vous, qu’est ce qui a motivé votre choux d’allaiter ou non ? Et comment l’avez-vous vécu ?

Un commentaire

  • papaTom

    L’avis du papa :

    De mon coté, ayant une maman qui a allaité, j’avais un a priori favorable vis à vis de l’allaitement. Mais ça reste la principale intéressée qui doit prendre la décision, le mot d’ordre étant je crois d’avoir envie de le faire.

    « L’impression de ne faire que ça » est je crois plus liée au nourrisson qu’à l’allaitement. En effet, préparer le biberon, le donner, changer les couches et laver le biberon ça me semble aussi long. Certes, on peut partager le biberon entre papa et maman, mais uniquement jusqu’au retour au travail. Et puis avec l’allaitement, le papa peut aussi soutenir en allant chercher bébé, changer la couche, de sorte que la maman ne bouge pas du lit.

    Autre point qu’il est important de préciser c’est que la maman aura besoin de s’aérer l’esprit, au bout d’un mois enfermée à la maison. Et là, il est possible de tirer du lait pour que la maman profite d’une après midi shopping ou copines pendant que bébé prend son premier biberon. C’est de toute façon utile car le biberon finira par arriver lors de la reprise du travail de la maman, ou à la fin de l’allaitement.

    Un conseil utile : ne pas hésiter à proposer à bébé un complément de lait artificiel le soir, lorsque après 1 mois et demi, bébé semble avoir encore faim. En effet, si un petit complément de lait artificiel lui permet de faire ses nuits, ça serait quand même dommage de s’en priver ! Faire ses nuits pour le bébé c’est entre autre avoir la capacité de passer 8h sans manger, donc se coucher avec le ventre plein ça peut aider.

    Les avantages de l’allaitement sont pour moi le coté indéniablement pratique, et le fait que bébé a toujours une part de son alimentation diversifiée (selon ce que mange la maman et après 4 mois avec les purées).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *