Couture

Débuter en couture : Je me lance !

Coudre, c’est pour vous un doux rêve, une utopie ? Vous regardez avec envie les jolis tissus en imaginant ce que cela pourrait donner comme accessoires ou vêtements… Mais voilà, à chaque fois vous vous dites « Ce n’est pas pour moi, je ne sais pas coudre ». Et si vous vous lanciez ?

C’est ce que j’ai fait en décembre 2017 et quand je dis débuter, je débutais vraiment, je n’avais jamais recousu un bouton. *PapaTom trouvait l’idée sympa, mais entre nous je pense qu’il n’y croyait pas vraiment*. Mais pour débuter en couture, il faut avoir quelques bases. Je vous partage ainsi ma courte expérience. *Cela a l’avantage d’être frais dans ma mémoire*.

✯ Le matériel nécessaire pour débuter

L’investissement majeur pour se lancer sera une machine à coudre, il en existe un grand nombre. Pour ma part, j’ai opté *après quelques beaucoup de recherches* pour la Brother FS40 et je n’en suis pas déçue. C’est une machine électronique. Elle permet de réaliser un bon nombre de points et est relativement facile à prendre en main.

Il faut également investir dans un peu de matériel, je vais vous lister ce qui est pour moi indispensable :

  • Des ciseaux de couture
  • Des épingles ou pinces de couture
  • Du fil blanc de bonne qualité *ça évitera qu’il casse*
  • Un découd vite (la plupart des machines sont vendues avec) *votre nouveau meilleur ami*
  • De la craie de couture (ou un trick marker, crayon effaçable pour tissu)
  • Un enfile aiguille *si vous êtes aussi doués que moi pour enfiler un fil dans une aiguille, cela vous changera la vie*
  • Un mètre de couture
  • Une règle et équerre (vous aurez sûrement beaucoup d’angles droit)
  • Un fer à repasser
  • Quelques chutes de tissus pour faire des tests *ou beaucoup selon vos appétences 😉* Vous pouvez utiliser des vieux draps, vieilles serviettes…

Et dernière chose, il vous faut un peu de temps et d’espace car oui la couture ça prend de la place *papaTom adepte d’une maison bien rangée pourra confirmer que les placards ne suffisent plus…*

✯ Apprendre à utiliser votre machine à coudre (MAC)

Pour débuter, il faut d’abord bien comprendre le fonctionnement de votre machine, plusieurs solutions :

  • Vous connaissez quelqu’un qui peut vous expliquer les bases *je tiens à remercier la maman de papaTom pour ce cours de prise en main*
  • Vous pouvez aussi prendre un cours de 2h de prise en main ou vous allez avec votre machine *j’ai fait le combo, merci papa Noël alias papaTom qui avait pensé à tout*.

Une fois que vous avez bien pris en main votre machine, un peu de recherches et d’aides sur les tutos ou bien encore des livres peuvent vous aider à vous familiariser avec le jargon de la parfaite couturière.

Je vais en lister quelques-uns qui m’étaient encore inconnus il y a quelques mois *Je partais de loin, je n’arrivais pas à passer le fil dans une aiguille, je remercie depuis l’enfile aiguille !!* :

  • La lisière : c’est la bordure du tissu, là où il ne s’effiloche pas ;
  • Le droit fil : il est parallèle à la lisière et permet de déterminer le sens d’utilisation du tissu ;
  • La laize : il s’agit de la largeur du tissu comprise entre les 2 lisières ;
  • Le biais : c’est une bande coupée en oblique à 45° par rapport au droit fil, il permet de réaliser de belles finitions ;
  • Le passepoil : c’est un cordon entouré de tissu, il permet de décorer ou de créer de belles lisières ;
  • Endroit et envers : il s’agit du sens du tissu. L’endroit sera le côté apparent et l’envers ce que vous ne verrez pas ;
  • Piquer : c’est le terme utiliser pour signifier qu’on coud avec la MAC ;
  • Surfiler : c’est un point *j’utilise le zigzag sur ma MAC* qui se fait sur le bord d’une pièce de tissu pour éviter qu’elle ne s’effiloche ;
  • Surpiquer : c’est une couture décorative le long d’un bord ou d’une fermeture éclair par exemple ;
  • Bâtir : c’est un premier assemblage du tissu avec des points souples qui s’enlèvent facilement. Vous le réalisez à la main. Le bâti permet de voir avant de coudre d’éventuels défaut mais également de piquer sans que le tissu ne bouge. *Je trouve que cela fait plus propre*
  • Entoiler : cela permet de donner de la rigidité à votre tissu en utilisant un thermocollant ;

Vous connaissez désormais les bases, vous pouvez donc y aller et fabriquer votre premier projet. *C’est là que le vrai plaisir de la couture commence. Vous serez bien fiers de réaliser vous-même votre premier petit projet, même s’il n’est pas parfait, croyez-moi !!*

✯ Par quel projet débuter

On ne va pas se leurrer, on ne devient pas grand couturier sans s’entraîner *oui vous allez faire des erreurs, mais n’ayez pas peur, on apprend par l’erreur !* Ne s’improvise pas Christian Dior ou Karl Lagerfeld qui veut.

Pour débuter, on peut commencer par des choses simples : des cotons carrés à démaquiller par exemple, des bavoirs… Pour ma part, mon 1er projet a été une guirlande de fanions pour la déco de la chambre de LittleC.

Pour ce premier projet, n’hésitez pas à faire un premier essai sur des chutes de tissus ou vieux draps. Pour les fanions, j’en ai d’abord réalisé un sur un vieux drap avant de me lancer sur mes jolis tissus. Quand vous réalisez deux fois le même projet, vous faites une belle progression (rapidité, précision, erreurs à éviter…). Les essais au début sont donc très bénéfiques, ça vous prendra un peu de temps, mais vous verrez au fur et à mesure, vous connaîtrez les différentes techniques et vous pourrez vous lancer directement.

Le net regorge de tutos ou de vidéos plus ou moins détaillés. Généralement, j’en regarde 3/4 du type de projet que je souhaite faire pour me faire une petite idée.

Alors n’ayez pas peur, qu’est-ce que vous attendez ?

2 commentaires

    • Nayon

      Je vais tâcher d’ajouter une photo de la 1ère réalisation 😉
      Il faut effectivement un peu de patience mais c’est tellement gratifiant de réaliser des choses soi-même. N’hésites pas si tu as l’occasion un jour de te lancer 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *